Entrevue avec Pierre-Yves McSween

Entrevue avec Pierre-Yves McSween

Liberté 45

Depuis plusieurs années, Pierre-Yves McSween élaborait dans sa tête le plan de vie idéal pour être en mesure d’atteindre la liberté financière à la quarantaine.  Pourquoi la quarantaine? Simplement parce que, selon lui, ce sont les années de notre vie lorsqu’on commence réellement à vivre. Ce sont également les années durant lesquelles notre valeur financière est la plus élevée. 

Quand il parle de liberté financière, McSween ne sous-entend pas nécessairement de prendre sa retraite à 45 ans, mais plutôt d’avoir la possibilité de choisir les projets dans lesquels nous souhaitons réellement s’embarquer, ou encore d’avoir une marge de manœuvre en cas de problème.

Avec son nouveau livre Liberté 45, l’auteur a finalement pu mettre ce plan par écrit. L’ouvrage repose principalement sur la formule VEI, c’est-à-dire « Valeur », « Investissement » et « Épargne ».

McSween est très fier du résultat de ce livre. Il nous explique d’ailleurs en entrevue que la rédaction de Liberté 45 fut beaucoup plus ardue que celle de son premier livre En as-tu vraiment besoin? En effet, dans ce dernier, les chapitres étaient indépendants les uns des autres, alors que dans Liberté 45 les liens entre les chapitres doivent être très clairs pour permettre aux lecteurs de bien visualiser et comprendre le plan dans son ensemble. 

Pierre-Yves McSween ; Spécialiste en finances personnelles, collaborateur radio au 98,5FM, écrivain de deux livres à succès, animateur de l’émission télévisée «L’indice McSween» à Télé-Québec et, jadis, étudiant en comptabilité à HEC Montréal

Concentrons-nous sur la première étape

Étant étudiants à l’université, nous sommes particulièrement concernés par la première étape, soit la création de notre valeur marchande. Parlons-en. 

Tout d’abord, l’auteur décrit notre valeur marchande comme étant notre valeur sur le marché du travail. En d’autres mots, c’est le montant que les gens seraient prêts à payer pour obtenir nos services. Le livre fait mention de plusieurs façons qui permettraient d’augmenter celle-ci, le but étant d’avoir la valeur marchande la plus élevée possible pour ensuite permettre d’épargner le maximum d’argent.

Lorsque questionné quant à l’élément dont les étudiants devraient favoriser dans le but d’augmenter leur valeur marchande, McSween n’hésite pas; s’écouter. En effet, nous sommes les premiers à savoir si la situation dans laquelle nous nous trouvons, soit dans le cadre de nos études ou dans notre travail, nous permet toujours d’apprendre et d’acquérir de nouvelles connaissances qui influenceront notre valeur sur le marché du travail. Il est donc important de s’écouter pour prendre les décisions qui sont réellement les meilleures pour nous et pour nos objectifs de carrière. Ce passage sur la valeur marchande, qui lui tient particulièrement à cœur, a suscité de vives réactions suite à la publication du livre. McSween explique que selon lui, les gens n’aiment pas se faire rappeler que certaines formations ont plus de valeur que d’autres sur le marché du travail. Il met en lumière le fait que certaines études dans “l’idéalisme” offrent un taux de placement plus faible et des salaires moins élevés, ce qui rend la création de valeur marchande beaucoup plus difficile pour les personnes qui poursuivent ce type d’études. Il rappelle aussi, que ça nous plaise ou non, qu’il ne s’agit pas d’une opinion mais bien de faits, et que c’est exactement ce qui dérange.

Accepter le chaos

Nous avons demandé à Mcsween ce qu’il changerait, s’il avait la possibilité de revenir en arrière, pour être davantage aligné avec sa formule VEI. Il nous a répondu que chacune des décisions qui fut prises dans sa vie ont eu une incidence sur la personne qu’il est aujourd’hui, et donc qu’il ne changerait rien. 

Une leçon qu’il a retenu à travers son parcours est d’accepter le chaos. En effet, malgré le plan que nous nous sommes fixé, il faut accepter que certaines choses soient hors de notre contrôle, et que nous ne pouvons pas tout calculer et tout prévoir. Il ne faut pas sous-estimer l’importance des choses qui aujourd’hui nous semblent sans valeur concrète, mais qui à long terme auront une importance significative. D’ailleurs, il nous parle notamment de l’importance de s’impliquer dans notre milieu et d’entretenir notre réseau, même si ces éléments peuvent sembler banals au départ.