Entrevue avec Sabrina Richard-Asselin

Comme la grande majorité de ses collègues comptables professionnels agréés, Sabrina Richard-Asselin a complété son baccalauréat en administration, puis a complété un diplôme d’études supérieures spécialisées en comptabilité pour finalement obtenir son titre. Elle a eu la chance de travailler en cabinet ainsi qu’en entreprise avant de tout lâcher pour prendre du recul. Cesser d’être sur le pilote automatique afin de réellement se questionner sur ses priorités et motivations professionnelles semblait être la seule solution. Cette remise en question lui a permis de mieux cibler son emploi idéal. C’est aussi à ce moment qu’elle réalise que l’autonomie financière est cruciale si elle désire atteindre l’équilibre travail-famille qu’elle a toujours voulu. C’est un sujet qui l’anime énormément et elle nous partage aujourd’hui les trucs et astuces qu’elle aurait aimé connaître dès son entrée sur le marché du travail. 

L’objectif principal de la liberté financière est de développer une philosophie de vie, propre à chacun, qui permettra de prendre les bonnes décisions pécuniaires et qui ultimement aideront à l’atteinte d’objectifs à long-terme. C’est également devenir maître de notre vie et être en mesure de prendre des décisions importantes, par exemple un changement d’emploi, sans avoir à se demander si nos finances sont assez solides pour supporter ce choix.

Ainsi, le premier conseil de Sabrina est d’établir ce que vous recherchez dans la vie, ce qui vous rend heureux, et bâtir vos décisions autour de cela. Il ne s’agit donc pas de se restreindre à tout prix et de ne dépenser que sur l’essentiel. C’est plutôt de se questionner sur la meilleure façon d’utiliser son argent. Par exemple, si votre objectif est de passer plus de temps avec votre famille et vos amis, le fait de réduire vos sorties au restaurant de moitié pourrait vous permettre de prendre une à deux journées de congé sans solde de plus par mois.

Notre experte cette semaine possède un bagage important en comptabilité. Ayant travaillé en cabinet et en entreprise par le passé, Sabrina Richard-Asselin occupe présentement le poste de conseillère en performance chez le Vérificateur général du Québec. À travers ce rôle, elle participe notamment à divers audits de performance d’entités publiques tel que le rapport sur la rémunération des hauts dirigeants dans lequel plusieurs composantes de la rémunération ont été analysées pour plusieurs entités notamment la SAQ et Loto-Québec.

Conséquemment, la professionnelle CPA vous conseille de suivre assidûment vos dépenses pour un mois complet de même que d’évaluer si celles-ci sont cohérentes avec vos priorités et objectifs de vie. Ainsi, vous pourrez prendre conscience des dépenses qui peuvent être éliminées. Également, en faisant l’exercice d’évaluer le nombre d’heures de travail requises pour payer chacune de vos dépenses, vous aurez une meilleure vision de l’effort que vous avez dû mettre pour l’obtenir.

Le point de départ

Un budget clair et précis est un outil indispensable pour assurer une saine gestion de ses finances. Il existe plusieurs instruments sur le marché pour préparer son budget, mais Sabrina propose une alternative simple et efficace. En effet, dans les dernières années, les plateformes bancaires se sont grandement améliorées. Il est maintenant possible d’analyser nos dépenses du mois ou de l’année par catégorie et sous forme de graphiques. Également, il est possible de programmer le système de façon à séparer chaque paie reçue dans différents comptes. En procédant ainsi, vous serez en mesure d’optimiser votre application bancaire de façon à ce qu’elle envoie automatiquement l’argent, selon des pourcentages préétablis, dans vos comptes ayant des objectifs spécifiques. Voici, à titre d’exemple, une distribution qui pourrait être établie entre quatre comptes distincts. 

Un premier 30% pourrait se diriger dans un compte-chèques afin de couvrir toutes dépenses courantes. On pense ici au loyer, épicerie, assurance, immatriculation, sports et toutes autres dépenses prévisibles qui sont alors annualisées. Dans un deuxième compte, un versement de 20% pourrait être déposé pour les projets à long-terme, comme des voyages, loisirs et autres idées de grandeur. De plus, comme il est essentiel d’épargner une partie de son salaire, 30% de votre paie nette pourrait être versée dans votre troisième compte. Vous pourrez par la suite investir dans des actions, fonds mutuels ou fonds indiciels placés dans des REER. Finalement, le 20% restant servira à couvrir vos dépenses personnelles. Vous pourrez donc choisir de dépenser cet argent sur des biens ou services qui vous font plaisir. C’est l’argent supplémentaire qu’il vous restera après avoir couvert tout ce qui est essentiel tout en s’assurant d’épargner pour le futur.

À noter ici que les pourcentages sont simplement à titre indicatif et que chaque personne devra les ajuster selon ses besoins.

Dette intelligente

La dette est un sujet intimement lié au concept de liberté financière. Il peut être difficile de bien cerner les moments où il est opportun de l’exploiter de ceux où il serait mieux de l’éviter. En effet, le mot dette a souvent une connotation négative et est associée à des déboires financiers. Avec raison! Si vous empruntez de l’argent pour couvrir vos dépenses courantes, il existe de fortes chances que vous vous retrouviez dans l’eau chaude.

Cependant, il est possible de s’endetter intelligemment de façon à créer de la richesse à long terme en faisant des investissements à valeur ajoutée. À titre d’exemple, en acquérant un prêt destiné à effectuer des rénovations qui augmenteront la valeur de votre demeure, vous pourrez non seulement la vendre à un prix supérieur, mais aurez également accès à ce qu’on appelle l’équité disponible. Cela vous permet de retirer 80% de la prise de valeur directement et l’investir dans un prochain projet. On exclut donc ici les rénovations qu’on effectue dans le but de simplement changer la décoration. Dans ce cas-ci, on va privilégier de faire les travaux par nous-même et de payer les dépenses qui y sont rattachées avec nos économies, sans s’endetter.  

Demander de l’aide

Malgré qu’il soit possible de rendre nos finances personnelles simples par nous-mêmes, Sabrina souligne qu’il ne faut jamais hésiter à faire appel à un expert. Il existe toujours quelqu’un de plus expérimenté que nous dans un domaine précis, c’est pourquoi il existe des fiscalistes, des conseillers financiers et des notaires. Faire appel à de l’aide extérieure peut nous sauver beaucoup de problèmes subséquents, et donc des dépenses qu’on peut facilement éviter. 

Trouver l’équilibre

En résumé, il existe une grande variété de pratiques permettant de mieux gérer ses finances. Il vous suffit de trouver celles avec lesquelles vous êtes confortables et qui fonctionnent avec vos objectifs de vie.